Il ne sait rien qui ne va hors

Au point 0

Le cabinet des longitudes

Au printemps 2015, les Racines Rêvées furent présentées au public en un faisceau d’indices sur le premier étage de la Tour Eiffel.

 

Tirer un trait
- dessiner une voie -
rêver de la ravir

Entre tableau sphérique et globe terrestre, sur une sphère monumentale de 3m50 de diamètre montée sur un axe à roulement à billes, les origines de la tour étaient situées géographiquement par un dessin entièrement réalisé à la fragilité de la craie.
Invitant à une réinvention perpétuelle du monde, l’artiste Estelle Delesalle redessinait chaque jour les contours des continents et le trajet de la navigation qu’effaçaient les caresses des visiteurs et des intempéries ; tandis que Laurent Derobert l’utilisait tel un tableau noir pour des conférences inattendues avec le public international de la Tour.
Face à la sphère, un cartel sous forme de table d’orientation narrait l’histoire et situait les arbalétriers aux points cardinaux. Au centre, le dessin original de la démonstration mathématique y était enchâssé sous verre.

PILIER NORD
Hawaï

PILIER EST
Java

PILIER OUEST
île de Pâques

PILIER SUD
Bouvet

Estelle Delesalle ajouta un bouton NIVEAU -1 aux tableaux de bord de chacun des quatre ascenseurs, désigant leurs destinations respectives.
Les pilotes des ascenseurs devenaient ainsi les narrateurs de cette future expédition.

Abonnez-vous à la newsletter

Fonds de Dotation Personne ©
Fièrement propulsé par - Création de site internet Paris