Une œuvre unique à main-multiple
Odyssée contemporaine, les Racines Rêvées de la Tour Eiffel prennent leur origine dans un songe solitaire puis ricochent, de rencontres en enthousiasmes pour devenir une aventure commune.

Tout voyage commence par le rêve

Au prélude du nôtre
un songe mathématique

Si l’on imagine les quatre piliers de la Tour Eiffel se prolongeant et traversant la terre,
où ressortent-ils ?

L'artiste et mathématicien Laurent Derobert fit le dessin de son hypothèse.
Les calculs conduisent à la localisation précise des quatre origines de la Tour Eiffel.
Pour notre plus belle fortune elles se situent dans quatre océans.
  • RACINE DU PILIER NORD
    21°57’38’’ N – 177°42’20’’ W
    Pacifique Nord
  • RACINE DU PILIER SUD
    60°19’22’’ S – 2°17’40’’ E
    Atlantique Sud
  • RACINE DU PILIER EST
    14°19’18’’ S – 105°10’50’’ E
    Océan Indien
  • RACINE DU PILIER OUEST
    14°19’18’’ S – 100°35’30’’ W
    Pacifique Sud
Entre métal, mer, abysses et centre de la terre, les calculs nous projettent dans une odyssée aux couleurs de Jules Verne

Une œuvre odyssée

Le dessein d'une hypothèse

Félicité du hasard qui donnant à la Tour Eiffel des origines océanes bascule le projet dans le champ maritime.
La notion d'équipage en devient alors le creuset.
Il s’agit aujourd’hui de monter une expédition, former un équipage mêlant marins et artistes, pour rallier en un seul trajet la Tour Eiffel à ses racines et faire de cette hypothèse - ce rêve, une Œuvre Odyssée.
  • Un seul navire

    Partir pour une navigation à la voile et être porté par l’écoute des éléments.
    Tel un trait d’union, un voilier est en perpétuel équilibre entre l’eau et le vent et sa manœuvre est une prouesse de chaque instant. C’est dans la précision de cet interstice de réceptivité tendue à ce qui entoure, qu’artistes et marins trouveront un terrain conjoint.
  • L'équipage


    À bord, artistes et marins seront en proportion égale.
    Chacun oeuvrant au bon fonctionnement de cette cellule isolée en mer.

  • Le Livre de Bord

    Ecrit autant par les marins que les artistes, cet objet chronique - technique - s'augmentera étape par étape des mémoires de la traversée. Attaché au bateau, il ne se dévoilera qu'à la fin de l'odyssée.

    En miroir, un autre livre s'évidera: un volume de 1001 pages recelant autant de cartes postales adressées à nos donateurs, instruites jours après nuits par l’équipage, s’évidera au fil de la navigation jusqu’à laisser à l’ouvrage ouvert quatre béances, traces en creux de l’expédition.

  • Œuvres singulières

    L'expédition sera source de créations individuelles, chaque artiste s'inspirant de la traversée pour créer une constellation d'oeuvres autonomes, dont le principe par la situation, consiste en un maximum de poésie avec un minimum de moyens.
  • Escales et Banquets

    Passage de relais et croisement des histoires.
    Techniquement nécessaires au ravitaillement et au changement d'équipe, ces étapes seront l'occasion de célébration, conjuguant banquets, récits et expositions.

IL NE SAIT RIEN QUI NE VA HORS

500 jours et 501 nuits

Partir des pieds de la Tour Eiffel, remonter la Seine pour atteindre la mer puis cap à l'Est...

Ce projet est fondamentalement poétique.
Il convoque l'imaginaire de tout un chacun à se projeter dans la possibilité de retrouver de l'infini dans le fini de la terre et dessiner une géographie onirique des océans.
Il y a trois types d'hommes, les vivants, les morts et ceux qui partent en mer
ANACHARSIS

Afin d'embarquer avec nous le plus grand nombre, tout en célébrant le rythme de ceux qui partent en mer, la communication de notre aventure explorera les pistes du sensible et les voies narratives, trouvant une justesse entre les silences - ces hors-champs des océans -  et les partages propres aux aventures.

Estelle Delesalle

Direction Artistique

Abonnez-vous à la newsletter

Fonds de Dotation Personne ©
Fièrement propulsé par - Création de site internet Paris