Traversée

Sur une proposition de Karine et Yvon Fauconnier

Partir des pieds de la Tour Eiffel.

Rejoindre la mer par la Seine, en son embouchure re-mâter.
Direction la Bretagne : au port de Locmiquélic afin d'y avitailler le navire, puis cap à l'Est pour une traversée de l'Atlantique...
Le parcours dessiné par Karine et Yvon Fauconnier, dit conforme est celui qui tient compte
des routes maritimes à voile et des meilleures conditions de navigation en fonction des saisons.

500 jours et
501 nuits de navigation

40 000 milles
soit deux fois le tour de la Terre

9 passages de relais
dits Banquets

Dialogue à la Galerie Hus
Paris 18° Décembre 2017

Yvon Fauconnier

75 ans, Navigateur français
Lors de notre première rencontre avec Estelle et Laurent, nous avions imaginé une circumnavigation. Mais en dessinant la route nous butions sur l’enchaînement des saisons et devions rallonger l’expédition en tempérant avec de longues escales. Nous avons donc choisi un parcours passant par le Canal de Panama qui privilégie les routes portantes pour aboutir à une navigation de 501 nuits et 500 jours.
Nous attendrons donc que la saison des cyclones en Atlantique se termine, ce qui nous fera partir de Bretagne en novembre. Décembre et janvier sont aussi envisageables, mais le Golfe de Gascogne sera plus musclé... Portés par les alizés, nous ferons une traversée Est-Ouest de l’Atlantique avec une première escale à Madère puis Carthagène des Indes en Colombie.

Karine Fauconnier

46 ans, Navigatrice française

Yvon Fauconnier

On passerait le Canal de Panama pour le Nouvel An. La Racine Nord est en plein milieu du Pacifique Nord. Nous ferons donc escale à Hilo dans l’archipel d’Hawaï début février : 4500 milles depuis Panama. On atteindra la Racine Nord en pleine mer mi-février. Là, les artistes agiront.
Majuro est une escale possible après cette première étape, pour le passage de relais de la deuxième équipe de navigateurs par exemple. Nous redescendons ensuite vers la Nouvelle Bretagne, les îles d’Indonésie… il faudrait une vie entière pour découvrir la richesse de ces paysages. Peu d’escales sont prévues, nous nous laissons quand même la possibilité de l’errance si le temps - dans les deux sens du terme - nous le permet. Nous mouillerons au port de Bali pour un autre passage de relais.

Karine Fauconnier

Yvon Fauconnier

Le deuxième point, la Racine Est est au sud de Java, ce sera notre seule partie dans l’Océan Indien. Les courants ne nous permettent pas de passer au nord de l’Australie, nous la contournerons par le sud avec une escale à Perth, puis en Tasmanie, et en Juin 2019, en Nouvelle Zélande. Nous serons à mi-parcours, nous avons prévue une longue escale car un chantier sur le bateau est nécessaire.
Direction le troisième point, la Racine Ouest, 950 milles au Nord de l’île de Pâques, de nouveau l’entier Pacifique à traverser, mais côté sud cette fois. Nous essaierons de faire escale à Rapa, l’île la plus au sud de la Polynésie française, mais ce sera en fonction des conditions. Il faut s’attendre à être balayé par des fronts sur tout le pacifique sud, avant d’atteindre la Racine Ouest. Nous rencontrerons ce qu’on appelle l’anticyclone de l’île de Pâques. Il nous faudra jouer pour être du bon côté, ne pas avoir le vent dans le nez et être entraîné dans des conditions dantesques.

Karine Fauconnier

Yvon Fauconnier

C’est très compliqué d’accoster sur l’île de Pâques. Il n’y a pas beaucoup d’endroits, c’est un plateau rocheux qui sort de l’eau. Il est possible que nous devions attendre et tourner un ou plusieurs jours pour ça, tout dépendra de l’anticyclone. A la voile, il faut toujours travailler avec les systèmes. Une fois notre troisième point atteint, nous tirons vers l’archipel de Joan Fernandez et l’île de Robinson Crusoé pour le plus grand plaisir de Jean de Loisy où nous le débarquerons ou l’embarquerons, avec tout l’imaginaire que cette île transporte. Puis nous descendrons les canaux de Patagonie - paysages époustouflants - jusqu’à Ushuaia en janvier 2020 afin de préparer le bateau pour la dernière Racine au sud de l’île Bouvet, particulièrement difficile à atteindre, 60° Sud… Elle se trouve à la convergence de l’Antarctique, il faut s’attendre à y rencontrer des dérives de glaces et une météo incertaine.
Nous avons pensé le trajet pour atteindre ce point extrême en fin de parcours, cette tranche de navigation sera complexe. Elle détermine notamment le bateau lui-même, qui doit, non seulement être agréable dans les eaux chaudes - la majorité de notre voyage - et être aussi capable de naviguer dans les glaces. Yvon, car ce sera lui le skipper de ce point, montera une équipe particulière, y compris celle des artistes, ils devront être aptes à faire face à des conditions particulièrement difficiles.

Karine Fauconnier

Yvon Fauconnier

Une fois ce dernier but accompli, nous entamerons la remontée de l’Atlantique. Cap Town en Afrique du Sud d’abord, puis Sainte Hélène, Ascension, le passage du Pot au Noir : la zone de convergence intertropicale.
Au pot au Noir, il y a soit pétole, soit orages, soit les deux ! C’est une zone aux couleurs de fin du monde, la sensation de solitude peut y être extrême… Puis le Cap Vert, les Açores, pour un retour à la belle saison en France et une belle fête aux pieds de la Tour Eiffel en Avril 2020 ! Nous aurons parcouru 40 000 milles nautiques, soit deux fois le tour de la terre, car contrairement aux courses comme le Vendée Globe, nous sommes souvent près de l’équateur.

Karine Fauconnier

Yvon Fauconnier

Sans compter les liaisons Nord Sud importantes. C’est une très belle expédition maritime qui nous fera rencontrer de multiples mers et conditions de navigation.
L’expédition sera essentiellement de la navigation, les escales sont très courtes : un banquet, un passage relais, chargement de vivres et on repart. Ça invitera les artistes à se couper du monde terrestre, à découvrir un autre rythme, celui des marins.

Karine Fauconnier

RENDEZ-VOUS
en pleine mer


A la Racine Nord
aux alentours du 16 février 2020
A la Racine Est
aux alentours du 29 avril 2020
A la Racine Ouest
aux alentours du 16 octobre 2020
A la Racine Sud
aux alentours du 16 janvier 2021

à terre


L'odyssée sera ponctuée d'évènements en hommage aux festivités qui accompagnent l'arrivée des bateaux aux ports.
Les passages de relais des équipages seront l'occasion de Banquets, évènements conjuguant célébration, récits et expositions, organisés en collaboration avec les entités locales.
Départ aux pieds de la Tour Eiffel
Octobre 2019
Carthagène - Colombie
autour du 20 décembre 2019
Hawaï - USA
autour du 30 janvier 2020
Bali - Indonésie
début avril 2020
Perth - Australie
début mai 2020

Auckland - Nouvelle Zélande
juin 2020
L'île de Pâques - Chili
octobre 2020
Ushuaïa - Argentine
décembre 2020

Capetown - Afrique du Sud
fin janvier 2021

Retour sur la Seine
avril 2021

Abonnez-vous à la newsletter

Fonds de Dotation Personne ©
Fièrement propulsé par - Création de site internet Paris